Tag surnoms

On se prend un kebab à la Poutre de Bamako ?

Depuis un petit moment déjà, je me dis qu’un billet sur les noms de certains commerces s’impose. Pour tout vous dire, je suis même en train de monter un dossier sur les noms de salon de coiffure (Diminu-tifs, Infini-tifs et cie). Mais le sujet est tellement vaste (d’ailleurs si vous avez des photos, faites-les moi suivre) que je vais commencer petit bras avec une sélection d’enseignes de restaurants et fast-food. Bon appétit !

1. A tout seigneur, tout honneur, je m’incline devant l’immense propriétaire (sic) de fast food qui a osé appeler son affaire « Chez Bamako la poutre ». Je ne sais pas si c’est supposé ouvrir l’appétit. Mais ça m’a bien fait marrer en tout cas.

Enseigne Chez Bamako la poutre

 

2. Restons dans le même esprit (on se comprend) avec un resto africain qui répond au petit nom de… « A la banane ivoirienne ». Ne me dites pas que ça ne vous fait pas sourire !

A la banane ivoirienne

 

3. Allez… deux mots-valises foireux pour la route : une saladerie sur la plage, c’est « L’effet mer » bien sûr, et un restaurant parisien bobo « Les diables au thym »

Restaurant Les Diables au thym

L'Effet Mer restaurant

 

4. Pour finir, un jeu de mots premier degré peut-être très courant dans l’univers des pizzérias, mais que je n’avais jamais vu ni entendu avant la semaine dernière : « La tour de Pizz »

Pizzéria, la Tour de Pizz

 

PS : je me moque un peu bien sûr, mais je suis bien conscient que ces enseignes ont été conçues et réalisées avec des moyens qui n’ont rien à voir avec ceux que déploient les grands groupes dont on parle souvent ici.

Publicités

Mais qui est donc Vianavigo ?

Les affiches pour le nouveau site Vianavigo ne sont pas récentes, mais vous n’avez pas pu les rater, vu quelles fleurissent à peu près partout dans le métro. Ceci dit, c’est normal puisque l’annonceur n’est autre que le STIF, le syndicat des transports d’Ile-de-France qui est en quelque sorte le donneur d’ordres de la RATP. Mais revenons à ce drôle de nom « Vianavigo » qui est justement le point d’accroche de toute la campagne.

Affiche Vianavigo

Via Navigo, Viana Vigo, Vianavi go, Viannav Igo… Autant de variations autour du nom original, censées inspirer un univers spécifique au lecteur, de la Rome antique aux îles du Pacifique. L’idée étant de fonctionner ensuite par définition négative : « Via Navigo n’est pas XXX… mais c’est un concurrent de Mappy un site destiné à planifier et faciliter vos transports en Ile-de-France ».Le parti-pris est sympathique du point de vue éditorial (je connais des concepteurs-rédacteurs qui ont du bien s’amuser) même si je n’adhère pas forcément à l’identité graphique des affiches que je ne trouve pas assez moderne.

Voyage au cœur de Vianavigo

Mais passons car ma langue de pub brûle de décortiquer le mot Vianavigo. C’est un terme riche, chargé de sens (et c’est ce qui rend le concept publicitaire intéressant), un mot-valise aussi. Que lit-on ? Navigo évidemment, ce qui renvoie directement au pass électronique qu’utilisent la plupart des Franciliens dans leurs transports quotidiens. Via aussi, qui signifie ‘chemin, route, voie » et qu’on retrouve dans viaduc par exemple. On notera d’ailleurs que Vianavigo n’échappe pas à une tendance très forte au sein des appellations commerciales (consultez un dépliant d’offres bancaires pour vous en convaincre) et qui consiste à recourir systématiquement à des néologismes avec une terminaison en -o (ou en -is). Pourquoi ? Sans doute parce que ça donne un côté sympathique, pratique et utile à la « chose » que désigne le mot J’imagine que c’est lié au fait que le –o soit la terminaison neutre, donc celle utilisée pour désigner les objets en latin. Serions-nous tous latinistes sans le savoir ?

Affiche Vianavigo

Sarkozy, Merkel, Cameron… petites insultes entre amis

Bloomberg Businessweek publie une excellente infographie (en anglais) qui représente les petits noms d’oiseau dont s’affublent mutuellement et pas forcément de façon affectueuse les dirigeants européens. [Cliquez sur l’image pour accéder à l’infographie complète]

Infographie surnoms et insultes dirigeants européens Bloomberg business weekSarkozy : Mr Bean, Louis de Funès, nain de jardin…

Pour Angela Merkel, Nicolas Sarkozy est donc Mr Bean ou Louis de Funès, le Président français qualifiant en retour la chancelière allemande de « boche« , adjectif finalement très années 30. Nicolas Sarkozy, qui se trouve au centre de l’infographie, n’est pas avare de petites phrases : l’Espagnol Zapatero ? « Peut-être qu’il n’est pas intelligent« . Le Britannique Cameron ? « Il a perdu une bonne occasion de se taire » (à propos de l’euro). Le Premier Ministre de sa Gracieuse Majesté n’a pas apprécié… d’où le perfide épithète de « nain caché » qu’il utilise pour désigner Nicolas Sarkozy.

%d blogueurs aiment cette page :