Tag coquille

Si La Fontaine prenait le métro…

… il serait fort aise de découvrir que son œuvre a largement inspiré la récente campagne d’affichage de la RATP. Cette campagne est d’ailleurs assez réussie et originale : elle repose sur l’utilisation d’une figure signifiante d’animal (le paresseux, la grenouille, le taureau…), associée à une situation que reconnaîtra facilement quiconque prend le métro de façon régulière. Un distique (2 vers) rimé légende le tout et sonne comme la morale de la fable : « Qui paresse aux heures de pointe / Risque deux ou trois plaintes »

Affiche RATP : Qui paresse aux heures de pointe risque deux ou trois plaintes

Sur le fond, on note tout de même que cette campagne parle finalement des usagers eux-même et pas tellement de la RATP. On s’interroge même un peu sur la nature du message sous-jacent : si les rames bondées aux heures de pointe sont si désagréables, est-ce parce qu’un ou deux « paresseux » utilisent – contre toute règle de civisme – les strapontins ou plutôt parce que la fréquence de passage des rames est trop faible ? Autrement dit, est-ce qu’en mettant en scène les passagers la RATP n’entend pas se faire doucement oublier ? Et si en parlant des autres plutôt que de nous, on réussissait à brouiller les critiques qui nous collent à la peau ?

Affiche RATP Grenouille "Qui saute par dessus un tourniquet..."Sur la forme, on regrettera deux petites choses. La première – très pardonnable – est le choix de rimes imparfaites. En métrique classique, une rime doit être à la fois phonétique (les sons doivent se faire écho) mais aussi graphique : pour Corneille ou La Fontaine, « tourniquet » ne rime pas avec « quai » ! La seconde, un peu moins vénielle, est une faute de français qui trahit en plus le texte original de La Fontaine : « Vous chantiez, j’en suis fort aise. Eh bien, dansez maintenant ! » écrit le poète. Un détail ? Plutôt une faute d’orthographe assez courante malheureusement…
Sticker RATP  : Vous mangiez, j'en suis fort, eh bien jetez maintenant

Les invasions barbares

On passe parfois devant de vraies pépites dans le métro : la preuve avec cette affiche pour un film sorti il y a déjà 2 ou 3 ans, Agora. Je ne l’ai pas vu d’ailleurs, mais je tiens plutôt le réalisateur (A. Amenabar) en haute estime depuis Les Autres. Et puis cette histoire d’émeutes religieuses et de grande bibliothèque d’Alexandrie m’a l’air bien séduisante… Quoi qu’il en soit, l’affiche du film elle-même m’a fait au contraire bien mal aux yeux, avec cette énorme faute d’orthographe (en haut à droite) niveau CM1. C’est sûr d’ailleurs qu’avec des barbarismes pareils, l’Empire romain a de quoi sérieusement vaciller

%d blogueurs aiment cette page :