Tag cacophonie

La France forte, c’est maintenant

Cela fait quelques semaines que l’idée d’un billet sur les slogans de campagne des candidats à notre élection présidentielle me démange. Mais ma langue de pub s’est montrée assez feignante face aux dix candidats du 1er tour (et donc à leur dix slogans). Comme ils ne sont plus que deux maintenant, c’est plus facile. Alors ? « La France forte » et « Le changement, c’est maintenant » : passons au crible les slogans de messieurs Sarkozy et Hollande.

Nicolas Sarkozy ; affiche la France forte

La France forte. Avouons-le directement, le slogan de Nicolas Sarkozy est tellement moche qu’il en est même difficile à prononcer. Trop de « r », trop de « f » : les trois mots restent dans la bouche, ça manque de fluidité et de naturel. Sans doute aussi parce qu’il est assez maladroit et peu poétique (vous me direz la politique, ce n’est pas de la poésie. Ce en quoi d’ailleurs, je ne suis pas forcément d’accord) d’enchaîner deux mots se terminant par un « e » muet, surtout quand chacun de ces deux mots ne fait qu’une seule et unique syllabe. Ce qui est amusant, c’est qu’en 1981, Giscard d’Estaing utilisait déjà la formule dans une version plus longue, il est vrai : « Il faut une France forte ». On ne peut pas dire que ça lui ait vraiment porté chance…

François Hollande ; affiche "le changement, c'est maintenant"

On ne peut pas dire que le candidat socialiste ait été beaucoup plus inspiré que son rival au demeurant. « Le changement, c’est maintenant ». Quand on se souvient de certains slogans inspirés de Mitterrand (‘ »La force tranquille »), il est certain qu’on n’est pas tout à fait au même niveau. Le problème du slogan de François Hollande – au delà du fait qu’il utilise des mots-clés hyper bateaux et rabachés dans les campagnes présidentielles – c’est qu’il contient une rime qui n’est pas des plus heureuses et qui tient plus des paroles d’une comédie musicale  que d’une tragédie de Corneille.

Bon, reste à faire un choix maintenant. Côté slogan 1 partout balle au centre ; reste à comparer les programmes et les hommes. Ce n’est pas d’abord pour cela qu’on vote plutôt que pour une campagne de com’ politique ?

Publicités

Ikea : l’art (?) de la cacophonie

Certains slogans, base lines, promesses publicitaires (je ne sais même pas comment les appeler) sont désarmants de naïveté. Au début de l’été – c’était d’ailleurs le tout premier billet de languedepub – je vous parlais de cette pub Blackberry qui promet très sérieusement au chaland de « chatter à deux ou à plusieurs ». Appelons cela de la naïveté sur le fond, car pouvoir chatter « à plus de 1 » est quand même ce qu’on attend de tout service de chat.

Touchante naïveté

Mais il existe aussi des cas très amusants de naïveté formelle dont la récente campagne d’affichage Ikea donne un parfait exemple. Que la marque suédoise offre des produits sympathiques, pratiques et à petit prix, personne ne le contestera. Mais quand elle rassemble tout ce qui fait son ADN dans une drôle de formule ramassée tellement branlante qu’on se demande si c’est un francophone qui l’a trouvée, on rigole doucement.

[a / i / ai / é / u / a / e]

« A prix baissés durables, qualité durable » proclame-t-elle. Ça fait saigner les oreilles n’est-ce pas ? Certes, la formule rime, mais c’est bien peu pour se consoler, surtout quand ladite rime repose sur la répétition du même mot. Allez, je sors ma mitrailleuse stylistique et je tire trois salves :

  1. Les deux segments de ce distique (poème de deux vers, c’est un bien grand mot de parler de poème certes…) ne sont ni visuellement, ni phonétiquement égaux. Autrement dit « A prix baissés durables » est plus long à lire, à prononcer, à « voir » tout simplement que « Qualité durable ».
  2. Ensuite, d’où sort cette expression toute moche : « Prix baissés » ? C’est à peine français ; on dit certes « Baisser les prix », mais beaucoup moins des « prix baissés ».
  3. Enfin, « A prix baissés durables » est ce qu’on appelle en stylistique une cacophonie, c’est-à-dire une expression dissonnante, difficile à prononcer et peu harmonique à l’oreille car elle associe des sons très divers. On retrouve presque toutes les valeurs de voyelles françaises dans cette formule[a / i / ai / é / u / a / e]. Un peu trop pour 4 mots non ?

Affiche Ikea

%d blogueurs aiment cette page :