Tag base line

Yes we fish !

Pour Noël, j’ai acheté à mon père une canne à pêche (chut !) sur un site Internet au nom très inspiré : pêcheur.com. Sur pecheur.com, on trouve tout ce dont un titilleur de goujon, de carpe ou de requin peut rêver, mais aussi des goodies assez improbables, déclinés sur le modèle de l’affiche et de la formule célèbres d’Obama cuvée 2008. Yes we fish !

Pecheur.com : Yes we fish

Publicités

What a Metz !

J’en ai marre de ces pubs financées par des régions, des départements ou des villes de province pour convaincre les entreprises de venir s’installer sur leurs terres. Attention, je n’ai rien contre ce qu’on appelait dans les années 80 la « décentralisation » (et de toute façon, je ne me considère pas moi-même comme un Parisien), ce sont les campagnes de retape qui m’exaspèrent par leur naïveté et/ou leur usage de clichés émoussés. Après l’Aisne (et sa base line déjà légendaire « 100% pur l’Aisne »), c’est au tour cet automne de la bonne ville de Metz de s’offrir une campagne qui flirte dangereusement avec le comique : un homme désespéré, pendu au téléphone, agenouillé sur un bureau dans une salle vide ; derrière lui on devine un drapeau américain. Accroche : « Ne cherchez pas, ils sont tous à Metz ». Merde, New York a du souci à se faire.Affiche "Ne cherchez pas, ils sont tous partis à Metz !"

Ted : meilleur ami de l’homme, pire ennemi du couple

Vu le prix des places de cinéma aujourd’hui, il est particulièrement crucial de détecter à l’avance les navets. 11€ la bouse, c’est quand même un peu cher. Je vous soumets donc aujourd’hui ma méthode perso d’identification des nanars, fondée sur une analyse de la base line du film. Ma règle d’or à moi veut qu’un bon film aura une bonne base line (ou n’en aura pas du tout), alors qu’un mauvais film aura, de façon strictement symétrique, TOUJOURS une MAUVAISE baseline (dans laquelle vous trouverez d’ailleurs souvent les mots « ultime », « retour », « revanche », « passion », « chance », « éternel », etc.). Nouvelle preuve à l’appui de cette Loi absolue : Ted. « Meilleur ami de l’homme, pire ennemi du couple » proclame l’affiche. Quand j’ai vu ça en sortant du métro, je suis resté quelques secondes en pure admiration devant cette formule géniale. Je savais déjà que j’irai voir le film et que je ne serai pas déçu. Et ça s’est passé exactement comme je l’avais prévu : Ted est bien à la hauteur de sa baseline. Le film qui m’a fait le plus rire depuis Shaun of the dead.

Affiche Ted "meilleur ami de l'homme, pire ennemi du couple"

%d blogueurs aiment cette page :