CATÉGORIEPresse

Robopocalypse : conjuguez-moi « Spielberg » au futur antérieur

Imaginez un film qui s’inspire d’un livre. Le livre existe déjà, le film pas encore. Classique. Mais derrière le projet de long métrage, se trouve l’un des réalisateurs les plus « bankables » d’Hollywood.  Du coup, en tant qu’éditeur, la tentation est forte de revendiquer ce futur film comme une preuve du grand intérêt de l’ouvrage que vous publiez (déjà). Vous me suivez ? Non ? Pas de souci, c’est normal, mon raisonnement se perd dans des méandres temporels dignes des meilleurs films de science-fiction. Quoi qu’il en soit, ledit éditeur que je mentionnais plus haut a cédé à la distorsion temporelle ; et voici ce qu’annonce un encart publicitaire qu’il s’est offert dans une revue spécialisée : « Robopocalypse. Le livre qui a inspiré le futur blockbuster de Steven Spielberg ». L’utilisation conjointe du passé composé et de l’adjectif « futur » est pour le moins détonnante, la formule maladroite, la promesse au lecteur digne d’une voyante en ligne : « achetez ce livre, il a inspiré le film qui sera un succès mondial dans deux ans ».

Robopocalypse, Steven Spielberg

Publicités

2012 : un bon cru pour les mots ?

On ne peut pas dire que je sois un lecteur assidu du Figaro, mais j’ai beaucoup apprécié le hors-série paru au début du mois et consacré à la langue française et aux « 100 mots de l’année ». C’est pertinent, souvent amusant et franchement très intéressant pour tous ceux qui suivent les évolutions de notre langue, les effets de mode autour de certains mots ou expressions et surtout ce à quoi renvoient ces tendances dans la « vraie vie ». Donc dans le désordre, le Figaro propose des notices consacrées aux mots « clivant », « cougar », « fliquette », « geek », « anasognosie », « rickroller », « impacter »… C’est d’ailleurs un exercice que j’avais envisagé de mener ici sur Langue de pub et que finalement j’avais laissé tomber, tant il est chronophage de faire de la veille sémiologique. Je vous renvoie tout de même au billet consacré à l’anaphore hollandienne au moment du débat TV de la présidentielle… « ‘Anaphore » étant aussi l’un des mots de l’année selon le Figaro.

Figaro hors série : les 100 mots de l'année

PS (sans mauvais jeu de mots) : l’interview d’Elie Sic Sic sur l’importance cruciale des mots dans la publicité mérite aussi le coup d’oeil.

Dieu, le sexe et les nazis

L’été, c’est généralement la trêve des confiseurs côté news. Du coup, les magazines sortent du frigo des sujets congelés qui n’ont pas grand chose à voir avec l’actualité au sens strict, mais qui sont supposés très appétissants pour le lecteur qui a trois heures à tuer dans le train. Alors, à votre avis, quels sont les mots-clés qui – habilement mis en scène en Une d’un magazine – créeront un réflexe pavlovien d’achat chez l’estivant moyen ? La réponse ci-dessous, en forme de présentoir de kiosque à journaux.

Dieu, le sexe et les nazis

%d blogueurs aiment cette page :