CATÉGORIEEnseignes

La grande récré : ici, on parle enfant

Comment s’appelle la langue parlée par les enfants ? L’areuhméen ? l’espapagnol ? le russeenpeluche ? le bébélonien ? Allez, je vous épargne les autres mauvais jeux de mots sur lesquels mon cerveau indigent a cogité ce matin. Donc, pour en venir au sujet du jour : quand vous allez dans un magasin de jouets, vous  ne vous attendez pas particulièrement à ce que le vendeur parle une langue étrangère ? Erreur ! Car justement le brave vendeur a plutôt intérêt à parler la langue pratiquée par son cœur de cible, à savoir les moins de 12 ans. C’est en tout cas une compétence que revendiquent les magasins La grande récré, en lieu et place des affichettes habituelles « English spoken ». Ici, on parle enfant !

La grande récré ; Ici onparle enfant

5 bars où mourir de soif

Qu’est-ce qu’un bar ? Sous cette question en apparence très simple se cache un concept marketing à rendre dingue le Petit Larousse et ses définitions si conventionnelles… Car aujourd’hui fleurissent à tous les coins de rue des drôles de bars où vous ne pourrez rien boire du tout.

Bar à eau Colette

Le « baràquelquechose » est un  concept qui a déjà fait ses preuves par le passé : je pense d’abord au bar à bobos, pardon je veux dire au bar à eaux de Colette. Certes,  on peut tout de même y boire quelque chose, même si on paie très cher le droit de ne guère avoir le choix du liquide. En revanche, ce n’est pas dans un bar à beauté que vous pourrez vous désaltérer ; mais c’est tellement plus cool de fréquenter un beauty bar plutôt que l’institut de beauté où Tatie Janine se fait épiler les mollets.C’est que le bar fait vendre, et une flopée de petits malins se sont dit qu’ils avaient tout à gagner à rebaptiser leur affaire « baràquelquechose » même s’ils ne vendent rien qui soit susceptible de se boire (a priori). Mon top 5 se ces bars où on meurt de soif.

1. Le bar à pain

Bar à pains

 

2. Le bar à quenelles « typiquement » lyonnais

Bar à quenelles

 

3. Bar à siesteLe bar à sieste

 

4. Le bar à ongles

Bar à ongles

 

5. Le bar à bonbons

Bar à bonbons

FNAC : le culture s’installe à Bercy

Le village Bercy (qu’on appelle aussi entre nous Cour Saint-Emilion), c’est quand même bien sympa. Et c’est encore plus sympa quand une nouvelle enseigne s’installe et… qu’il ne s’agit pas d’un trentième restaurant/brasserie/bar. En tant qu’usager régulier de cette sympathique allée marchande, j’applaudis donc des deux mains l’ouverture d’une fnac.com (depuis la fermeture d’Alice et plus récemment d’Album, on ne vendait plus de « produits culturels » au village Bercy) et je salue le slogan affiché en vitrine : « Après l’économie et les finances, il était temps que la culture s’installe à Bercy ». Verbatim d’un adhérent répondant au prénom de François… petit clin d’oeil en forme de quiproquo assez typique des récentes pubs de la Fnac (cf mon billet : Richard Branson est-il adhérent Fnac ?). De Bercy à l’Elysée, il n’y a qu’un pas. Mais ça c’est plutôt Nicolas qui aurait pu le dire…

Affiche FNAC : Après l'économie et les finances, il était temps que la culture s'installe à Bercy

%d blogueurs aiment cette page :