L’amour a un prix (sur Facebook)

Ceux d’entre vous qui ont la (mal)chance de prendre régulièrement le métro ont peut-être aperçu ce drôle d’ovni publicitaire perdu au milieu des rames. Sur le modèle de ces ardoises qu’on voit fleurir l’été le long des nationales (1 melon = 1 € / 5 melons = 3€), voilà que l’on nous propose de la retape pour… des « j’aime » Facebook et des « vues » YouTube.

Boostic, facebook, twitter, youtube : achetez des j'aime, des abonnés et des vues


Aimez-moi, j’ai de l’argent

Il n’y a rien de très éditorial là-dedans : pas de jeu mots, pas de promesse, pas même un titre. Rien que l’application très 1er degré des vieilles recettes de l’ancienne économie, ce qui revient à vendre des like Facebook comme on vend(ait) des photocopieuses. Ce qui est amusant, c’est d’analyser la désignation exacte de la « marchandise » proposée : des « j’aime », des « abonnements » et des « vues ». Autrement dit, cela revient à payer des internautes pour qu’ils aiment votre page, qu’ils vous suivent sur Twitter et/ou qu’ils visionnent vos vidéos.

Évidemment, je me doute bien que la réalité est plus complexe et que le business de Boostic ne consiste pas à d’employer une armée de stagiaires à brasser du vent et à cliquer à longueur de journée sur Facebook, Twitter et Youtube, mais qu’il s’agit plutôt de promouvoir les contenus, de manière à amener de « vrais » internautes à les voir ou à les aimer. Reste que… 1/ je me trompe peut-être 2/ la forme choisie, qui finalement résume le service de Boostic à un prix au clic, sous-entend… tout le contraire.

Boule de neige

D’ailleurs, c’est l’implantation-même de la publicité qui est étonnante. Choisir un affichage dans le métro, c’est cibler « monsieur tout le monde ». Mais pourquoi donc « monsieur tout le monde » irait débourser plusieurs centaines d’euros pour gagner de la popularité sur les réseaux sociaux ? Le vrai marché pour Boostic est ailleurs : il s’agit de séduire les annonceurs prêt à payer pour se donner de la visibilité… et pour amorcer l’effet boule de neige de leurs campagnes 2.0. Sur Facebook comme ailleurs, on ne prête qu’aux riches et on aime plus facilement une page qu’aiment déjà plusieurs milliers de nos congénères qu’une page qu’on sera le premier à « liker ».
Boostic, facebook, twitter, youtube : achetez des j'aime, des abonnés et des vues

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :